Un projet pharaonique: 170.000 m2 de bureaux

Dans la documentation publiée par la Mairie de Rueil sur son site internet, (Rueil_REG ZONAGE_101117.pdf), on peut lire, parmi les constructions d'immeubles de bureaux prévues:
Emprises RFF (ex SNCF) en gare de Rueil: 32-35.000 m2
Rue Sainte Claire Deville, (après rejet par les habitants du quartier d'une première tour de 100m de haut) : 32.000 m2 sur 7 étages maximum
Novartis (reconstruction du siège): 42.000 m2
Tour géante sur échangeur A86 : 50-60.000 m2
Au total on arrive, en comptant les surfaces maximum envisagées, (comme le feraient les promoteurs) et d'autres surfaces éparses , à un total vertigineux de 170 à 175.000 m2 de bureaux créés dont 110.000 m2 à Rueil sur Seine, déjà très dense en occupation des sols!
Si on déduit les 40.000 m2 de Novartis qui remplacent des batiments existants, la surface totale de bureaux nouveaux avoisine les 130.000 m2
C'est le chiffre publié par l'association Bellerive Malmaison dans son tract distribué en mars 2011
Cela est d'autant plus insensé que les bureaux existants continuent à se vider de leurs occupants !

De plus en plus de bureaux vacants
Panneaux de location à l'entrée de RueilPanneaux de location à l'entrée de Rueil

Un grand nombre de Rueillois, parmi ceux que nous avons recontrés, sont perturbés par cette avalanche de m2 nouveaux dans le PLU, alors que les témoignages de l'existence de bureaux vides abondent dans et autour de Rueil sur Seine.
L'immeuble Esso offre 14.000m2 à louer. La tour Albert 1er en offre 5.000 m2.
L'association Bellerive-Malmaison évaluait à 25.000 m2 la surface totale de bureaux vides en janvier. Mais en Avril la situation s'est encore détériorée, puisque nous avons appris, de plusieurs sources sûres, l'exode de BNP Assurances vers Nanterre , au mois de juin 2011, avec la libération de 50.000 m2 supplémentaires....Ce qui porterait le total de bureaux vides à 75.000 m2 !

Immeuble Esso 14.000m2 vides Immeuble Esso : 14.000m2 vides

Il semblerait donc que la Mairie de Rueil n'a pas compris que l'occupation des bureaux ne se décrète pas. Il y a un risque, en construisant pour satisfaire des promoteurs ou des sociétés importantes, d'avoir dans quelques années un Rueil sur Seine sinistré. Ce qui se passe actuellement c'est que les sociétés, animées de plus en plus par les seules considérations financières , délocalisent de plus en plus rapidement leurs bureaux pour s'ajuster à leurs variations de personnel
C'est pourquoi nous pensons qu'il n'est pas raisonnable d'entreprendre la construction d'une tour de 120 m qui va saccager le paysage environnant pour loger une société qui ne sera peut-être plus là 5 ans après. On aura ainsi massacré un paysage multi-centenaire pour satisfaire des besoins éphémères. Cela n'est pas digne d'une ville comme Rueil.