Participez à l'enquête publique

Page 1

Une participation importante
majoritairement opposée au projet de tour géante

Le 9 juillet dernier, les représentants des associations Bellerive-Malmaison (Rueil) et Adrec ont remis au commissaire enquêteur deux épais volumes de pétitions représentant 6407 protestaires. L'un rassemblait la pétition sur papier présentée sur les marchés des deux villes (3623 signatures), l'autre une liste des pétitionnaires en ligne originaires de toute la France et de l'étranger (2627). A cela s'ajoutaient des courriers reçus aux sièges des deux associations (145) et 12 pétitions apposées directement sur le registre.

Ancienne mairie de RueilAncienne mairie de Rueil

C'était le dernier acte d'une campagne d'information et de sensibilisation de plus de 4 mois. Il venait également compléter les 16 cahiers de l'enquête publique dont le nombre témoigne de l'intérêt des Ruellois pour leur ville et de leur hostilité au projet de tour présenté par leur maire. Plusieurs associations yvelinoises ont manifesté leur désaccord dans les cahiers d'enquête sous forme de contributions très argumentées.

L'ADREC, entre autres arguments déjà exposés sur ce site, y a rappelé qu'une tour de plus 100 mètres de haut en bord de Seine :
- défigurerait nos paysages de bord de Seine et serait dans le périmètre de protection ou en co-visibilité avec trois monuments historiques de Chatou (l'Eglise ,Notre Dame, la Maison Fournaise et le Nymphée )
- pénaliserait les Catoviens ( et l'ensemble des habitants de la Boucle ) dans leurs déplacements en supprimant l'accès autoroutier à l'A86 vers Paris. Nous espérons que le conseil municipal de Rueil suivra l'avis du commissaire enquêteur.

Une contribution remarquée
Un Rueillois, anonyme, a soumis une contribution de 16 pages, consacrée entièrement à la tour Vinci, très remarquée par la pertinence des remarques et critiques dirigées contre ce projet.
On y trouve, entre autres, plusieurs graphiques destinés à mettre en évidence l'aspect extrêmement trompeur des photomontages du cabinet Dominique Perrault Architecture, montrant la future tour insérée en situation dans l'avenue de Colmar.
Ces graphiques sont accompagnés de commentaires instructifs:
"une image d'avant-projet trompeuse"
"un immeuble de 130 m à peine plus grand qu'un de 6 étages"
"Perspective aplatie et traitement estompé du sommet donnent une impression erronnée du projet, en réalité 4 à 5 fois plus élevé"

Le rapport du Commissaire-enquêteur

Le rapport comprend deux volets : l'analyse des documents et conditions de l'enquête et l'avis proprement dit.
Pour formuler son avis le commissaire enquêteur s'appuie sur deux éléments:

D'une part, il constate que l'information des Rueillois a été insuffisante, notamment en ce qui concerne la hauteur maximale autorisée par le PLU dans la zone Uacn, dévolue au projet d'implantation de la tour.
Il fait l'observation suivante (page 16) :L'une des modifications majeures du PLU, à savoir la création d'une zone UAcn dans le délaissé de la A86 n'a pas été clairement été explicitée aux habitants de Rueil-Malmaison". En effet, pendant la concertation les documents faisaient référence à 31 étages maximum sans référence à des hauteurs et dans le règlement soumis à enquête il n'était question que d'une hauteur maximale de 162NGF soit de 130 à 140 mètres, le sigle NGF** étant difficile d'interprétation. Le commissaire conclut "Dans un esprit de concertation véritable, cette donnée importante aurait dû apparaître clairement tant lors des débats publics que lors de l'exposition et aussi bien évidemment dans le dossier d'enquête"

Zone UAcnZone UAcn réservée à la tour
D'autre part, ceux-ci se sont prononcés massivement contre ce projet soit sur le cahier d'enquête (164 observations "contre", dûment motivées) soit par le biais des pétitions. Par ailleurs, il faut souligner que Monsieur Briend considère que les pétitions émises par les habitants de Chatou "ville très proche de la zone UAcn" sont recevables (en cela il ne fait qu'appliquer la loi).

** NGF: Nivellement Général de la France
Pour connaitre la hauteur maximale autorisée de la tour il faut soustraire de 162 NGF la hauteur du quartier voisin de Bellerive qui est de 30 NGF, ce qui donne 162-30=132 m. Cette hauteur s'entend hors cheminée ou antenne.

Conclusions de l'enquête, voir page suivante

Résultats de l'enquête publique
page 1